Quelle situation économique pour la Palestine ?

Affaires stratégiques, mercredi 31 août 2011

La Confé­rence des Nations unies sur le com­merce et le déve­lop­pement (CNUCED) vient de rendre public un rapport, intitulé « Rapport sur l’assistance de la CNUCED au peuple pales­tinien : Évo­lution de l’économie du ter­ri­toire pales­tinien occupé ». L’organisation fait ainsi le point sur les évo­lu­tions qu’ont permis les aides qu’elle a apportées en 2010, mais aussi sur la per­sis­tance de dis­pa­rités éco­no­miques entre les dif­fé­rents ter­ri­toires pales­ti­niens et les amé­lio­ra­tions à apporter.

La crois­sance éco­no­mique a enre­gistré une hausse notable de 1,9 points (7,4% en 2009 pour 9,3% en 2010), mais cette crois­sance, ali­mentée par les aides, non créa­trice d’emplois (le taux de chômage dans l’ensemble de la zone est de 30%) ne sera pas durable si aucun chan­gement struc­turel n’est opéré. Les dis­pa­rités éco­no­miques sont frap­pantes : le PIB a pro­gressé de 15% en un an à Gaza, mais n’a aug­menté que de 7,6% en Cis­jor­danie, ce qui n’amène néan­moins le premier qu’à 900 dollars contre 1900 dollars pour le second. Gaza est un peu à part des autres ter­ri­toires pales­ti­niens, parce que les res­tric­tions et le blocus qui y sont imposés y rendent les condi­tions huma­ni­taires déplo­rables et empêchent l’amélioration de la situation (les res­tric­tions qui pèsent sur les impor­ta­tions de matières pre­mières freinent le redres­sement du secteur privé et contra­rient donc les projets d’investissement publics d’infrastructures, pourtant envi­sagés par le Plan national pales­tinien de redres­sement et de recons­truction de Gaza de 2009).

La pau­vreté demeure très grande dans les ter­ri­toires pales­ti­niens : 26% d’entre eux vivraient dans la pau­vreté en 2009-​​2010, et la CNUCED indique que sans l’aide qu’elle a apporté, le taux aurait atteint les 31% (on compte 18% de « pauvres » en Cis­jor­danie contre 38% à Gaza). Le Pro­gramme ali­men­taire mondial (PAM) indique que 50% des Pales­ti­niens ont été exposés à l’insécurité ali­men­taire, 33% sont actuel­lement en état d’insécurité ali­men­taire et 17% en sont menacés. A Gaza, les chiffres sont res­pec­ti­vement de 65%, 52% et 13%. En cause, la forte dépen­dance vis-​​à-​​vis du com­merce avec Israël et le creu­sement du déficit com­mercial, ainsi que la fra­gilité bud­gé­taire, qui demeure élevée en dépit des mesures d’austérité.

Depuis vingt-​​six ans, la CNUCED apporte son aide au déve­lop­pement éco­no­mique de la Palestine. Actuel­lement, l’organisation tra­vaille beaucoup sur l’amélioration des douanes pales­ti­niennes qui, en devenant plus per­for­mantes, per­met­traient d’augmenter les recettes doua­nières. Un nouveau projet de coopé­ration tech­nique visant à conso­lider les résultats obtenus, financé par la Com­mission euro­péenne, devrait voir le jour à la fin de l’année 2011. Mais l’amélioration des douanes n’est pas le seul cheval de bataille de la CNUCED, qui s’investit dans de mul­tiples domaines pour per­mettre une amé­lio­ration des condi­tions de vie dans les ter­ri­toires palestiniens.